• Le doc du mois Eklaprofs

    Les Eklaprofs, cyberblogueurs, ont choisi de mettre à l'honneur, chaque mois, un document qu'ils ont particulièrement apprécié parmi les ressources de leur collègues. Voici la sélection d'avril, à l'honneur tout le mois de mai.

     

     

    Cycle I :

    Des brevets type «Maternailes» pour ateliers autonomes (Fofy)

     

    Cycle II :

    Un fichier complet Sciences (Séverine)

     

    Cycle III :

    Un dossier complet sur la Seconde Guerre Mondiale (Orphée)

     

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    6 commentaires
  • Panneaux langage et motricité

    Panneaux langage et motricité

     (bon je n'ai pas trouvé d'autres exemples sur le net, mais l'idée de base est là)

     

    Un petit truc qui m'avait été donné par un collègue maître-formateur pour favoriser le langage, la compréhension des consignes et l'autonomie en ateliers de motricité.

    Créer des panneaux explicatifs simples qui reprennent les consignes des ateliers.

    Ces panneaux peuvent être simplement des feuilles A3 ou A4 plastifiées.

    A utiliser avant, pendant et après l'activité.

    1/Avant l'activité:

    *On montre les panneaux en coin regroupement, les élèves doivent dire à partir des images montrées ce que l'on va bien pouvoir faire aujourd'hui.

    2/Pendant l'activité:

    *Les panneaux servent de rappel de consignes pour les élèves. Chaque panneau est disposé devant son atelier. Il sert d'aide-mémoire utile pour les élèves lors de leurs rotations dans les différents ateliers. On peut également s'en servir lors de regroupement pendant la séance comme référent pour recadrer une activité non comprise.

    3/Après l'activité:

    *Juste après l'activité, on peut l'utiliser comme support de canalisateur d'idées sur les activités réalisées.

    *Juste avant la séance suivante, on peut l'utiliser comme support de rappel de l'activité de la veille.

     

    Pour réaliser ces "panneaux" (des affiches A4 ou A3), vous pouvez soit créer des dessins très simples (avec ou sans écriture), soit prendre une série de 2 à 3 photos maximum par consigne pour montrer la situation avec les objets que les élèves vont utiliser.

     

    A compléter, pourquoi pas, avec des séances filmées de l'activité où les retours orientés vers une description de la situation et sur les améliorations à apporter provoqueront des bonnes séances de langage.

    Testé, avec succès, avec des PS/MS il y a 6 ans.

     

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    votre commentaire
  • Grille de relecture individuelle en dictée

      

    Grille de relecture en dictéeGrille de relecture en dictéeGrille de relecture en dictée

    Bon pour vous faire un aperçu correct, j'ai dû découper mon doc en 3, ce n'est pas super joli mais au moins c'est lisible.  

     grille de relecture

     grille de relecture pdf

     

    Aujourd'hui, je vous présente une grille de relecture individuelle pour les dictées.

    Cette grille a été conçue avec les élèves.

    Après quelques dictées, nous avons listé ensemble les erreurs les plus fréquentes et nous les avons classées dans une grille de relecture.

    Le principe:

    -Fait par et pour les élèves.

    Etape 1:

    -Lors de la correction de l'enseignant, celui-ci code les erreurs rencontrées puis établit en haut de page un résumé chiffré (ou en bâton) des erreurs faites (exemple : O4: 5 (erreurs faites dans cette catégorie) , G3: 4 , C2: 7, ......

    Intérêt : l'élève peut dans sa dictée retrouver le type d'erreur faite puisque le code est mis à côté de chaque mot corrigé. Le résumé en haut de page lui permettra de remplir sa grille de relecture de façon plus rapide (il n'aura pas à chercher dans sa dictée combien d'erreurs de type O4 il a fait, puisque le nombre total d'erreurs de cette catégorie est écrit en haut de page).

    Etape 2:

    -l'élève reçoit sa dictée corrigée et il code dans sa grille de relecture ses erreurs (en mettant un bâton par erreur dans les cases appropriées).

    Intérêt: Plus le nombre de dictées sera grand, plus la grille de relecture sera pertinente pour proposer à l'élève un état des lieux personnalisé de ses erreurs les plus fréquentes.

    En un coup d'oeil, il verra quelles erreurs reviennent plus souvent chez lui.

    Etape 3:

    -La grille est sur la table des élèves pendant les dictées.

    Elle va servir de guide personnalisé pendant la relecture.

    Après avoir suivi le protocole normal de relecture, l'élève pourra se concentrer sur ses types d'erreurs les plus fréquentes. Pour certains, cela voudra dire faire attention aux majuscules et pour d'autres faire attention aux accords sujet/verbe ou aux confusions d'homonymes.

    En un coup d'oeil, on propose ainsi à l'élève de pouvoir faire une relecture individualisée et personnalisée.

    Pour l'enseignant, cet outil pourra servir également pour faire des groupes de travail en séances décrochées pour travailler sur ces points spécifiques qui posent problème.

     

    Etape 4: le bonus relecture

    Quand la dictée  est terminée, on échange les copies et je vidéoprojette la correction. Les élèves corrigent en vert et ils précisent en bas de page le nom du correcteur. Ceux qui arrivent  à corriger sans erreur la copie de leur voisin (c'est-à-dire sans oublier d'erreur et en réécrivant en-dessous correctement la bonne réponse) bénéficient d'un bonus relecture.

     

     

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    votre commentaire
  • Multiplication des nombres décimaux

     

    Vos élèves ont des problèmes pour multiplier des nombres décimaux.

    Au calcul 1,52 x 10, ils répondent 1,520.

    Ils vous disent, à juste titre, qu'ils ont appris  qu'on "ajoute" un zéro à  un nombre multiplié par 10.

    Nous "bidouillons"  alors en expliquant que cette règle ne vaut que pour les nombres entiers et pas pour les nombres décimaux, ce qu'ils ont du mal à comprendre; ce qui est normal vu que ce n'est pas logique. Et surtout c'est mathématiquement erroné.

    J'ai eu l'occasion de lire il y a quelques années, une méthode très simple qui marche très bien. J'avais effectué  quelques lectures pédagogiques dans le cadre de ma préparation à un stage de SRAN (remise à niveau) d'un groupe d'élèves d'une autre école qui avait de grosses difficultés dans ce domaine.

    En 15 min le problème était résolu durablement.

     

    Cette "méthode" consiste à expliquer l'origine de l'"ajout" du zéro. En CE2, pour la multiplication des nombres entiers, on peut ensuite continuer à effectuer le raccourci très connu "on ajoute un zéro à un nombre multiplé par 10, deux 0 à un nombre multiplié par 100, etc....."

    En Cm, il suffira de rappeler l'explication de base et de la systématiser pour les multiplications des nombres décimaux.

    Car pour multiplier un nombre entier ou un nombre décimal par 10, on emploie le même système, le même mécanisme.

     

    L'explication peut se résumer ainsi: le décalage des nombres.

     

    Le plus simple pour commencer consiste à repartir du tableau de numération.

    Multiplier un nombre par 10 consiste à décaler un nombre (qui par défaut se termine toujours dans la case des unités) de la case des unités à la case des dizaines (10:case des dizaines). Donc un décalage d'une case vers la gauche.

    Multiplication des nombres décimaux

     

    Quand je multiplie 15 par 10 , j'inscris 15 dans mon tableau de numération et je fais le geste de tirer, de décaler le nombre d'une case (vers la gauche).  La case des unités se retrouve alors "vide". Je la comble par un zéro (pour la petite histoire, le zéro n'est pas "ajouté", il est déjà présent car 15 c'est pareil que 15,000. Quand je multiplie  15 par 10 et que je  décale  vers la gauche d'une case mon chiffre 15,000 je me retrouve  avec 150,00, précision utile pour les CM quand vous aurez à expliquer le résultat d'1,5 x100 par exemple).

     

    Pour les nombres décimaux, c'est pareil. 

    Attention ce n'est pas la virgule qui bouge mais c'est le nombre qui se décale.

    La virgule marquera toujours la limite entre les nombres entiers et les nombres décimaux.

    Dans votre tableau de numération, le nombre se décale du nombre de cases demandées, la virgule ne bouge pas.

    Il suffit de faire un geste de tirer vers la gauche votre nombre dans le tableau et généralement même pas besoin de passer par les tableaux individuels à tirettes.

    Très rapidement ensuite, plus besoin de tableau de numération, le geste est dans la tête et on peut décaler sans problème.

    Pour 1,52 x10 , je décale d'une case mon nombre vers la gauche (sans bouger de place ma virgule) et hop j'obtiens 15,2.

    Multiplication des nombres décimaux

    3,54 x10 , je tire d'une case et hop 35,4.

    5,652 x10, je tire et hop 56,52......... 

     

    NB: Avec les élèves, vous pouvez fabriquer des tableaux de numération à tirettes où vous pouvez décaler les nombres en fonction de la multiplication (d'une case quand vous multipliez par 10, de 2 cases quand vous multipliez par 100, etc.....).

    Multiplication des nombres décimaux

    Dans la partie violette, évider les cases blanches et faire passer des bandelettes de chiffres. Placer un nombre et le décaler selon la multiplication par 10, par 100,....

    La bandelette de chiffres doit pouvoir se manipuler facilement (en mettant un système de languette de chaque côté, par exemple).

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    16 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique