• Habille le monde

    Up!

    Habille le monde

    Habille le monde

    Habille le monde

    Habille le monde

     

    A partir de ces images trouvées sur le web, voici quelques adaptations pédagogiques possibles qui me viennent à l'esprit:

     

    Arts visuels:

    Sur des supports déjà prédécoupés et cartonnés, permettre aux élèves "d'habiller le monde". Prendre des photos des choix des élèves.

    Des dessins d'élèves sont réalisés en art visuel et découpés au cutter par l'enseignant ou au ciseau par les élèves. Possibilité également de choisir un modèle unique choisi par les élèves parmi une sélection (intérêt ici: comparer un seul modèle habillé différemment par les élèves).

     

    Productions d'écrits:

    Ecrire l'histoire de la personne "habillée" par le paysage.

    Roman-photo d'un même personnage qui évolue dans son histoire au travers des éléments de ses habits.

    Roman-photo avec plusieurs personnages qui montrent leurs sentiments ou donnent des indices sur leur situation au travers des "habits de paysage". Ces "habits de paysage" peuvent même être réalisés à partir de supports de paysage trouvés dans des magazines ou sur le web pour coller à la production d'écrits de l'élève (difficile de trouver au coin de la rue une pyramide si on imagine une histoire au temps des pharaons, en plus cela permet de travailler le B2I). 

     

    Géographie, étude de paysage: cadrer son point de vue:

    Faire fabriquer par les élèves un grand rectangle évidé en son centre et soutenu par une tige de support (en papier cartonné).

    A l'aide de cette "caméra", sortir et permettre aux élèves de sélectionner un paysage qui rentre dans le cadre (à l'intérieur du rectangle évidé).

    Prendre en photo et analyser en classe (premier plan , arrière-plan,....)

    L'utilisation d'un cadre permet de restreindre la vision d'un paysage, ce qui est plus facile pour un élève au départ, il peut se concentrer sur des points précis. Ensuite on pourra bien entendu élargir le cadre "d'analyse".

    L'utilisation d'un cadre permet aussi à l'élève d'effectuer un choix et d'être acteur actif et non passif dans l'analyse du paysage. Des consignes plus ou moins précises viendront étayer au fur et à mesure des séances la recherche d'un certain type de paysage. Au début, recherche libre et analyse en classe des images trouvées puis consignes claires données à partir des éléments soulevés en classe ("cherchez et cadrez des paysages avec un arrière-plan de nature ou de ville,"mettez au premier plan un camarade", etc.....).

    Cela permet notamment de faire des activités en rendant actif tous les élèves quand on n'a pas 30 appareils photos ou 30 tablettes (quand un élève (ou un binôme) est prêt à valider toutes les vues demandées soit on amène un appareil numérique pour faire les "photos-souvenirs", objets de futures analyses soit l'enseignant valide en regardant dans le cadre de la caméra en carton présentée par un élève).

     

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    28 commentaires
  • Le musée éphémère

    Le musée éphémère

     

    Les réalisations en arts visuels de nos élèves restent le plus souvent exposées uniquement dans notre classe. Elles ne sont vues que par les élèves et parfois par un parent qui passe par là. Nous connaissons rarement les travaux réalisés par l'ensemble de nos collègues. Quelquefois, certaines réalisations "sortent" à l'occasion d'une manifestation (Grande Lessive, fête de fin d'année,...) mais c'est rare, surtout à l'école primaire.

    Je vous propose aujourd'hui un projet pour mieux exposer les réalisation plastiques de vos élèves: le musée éphémère.

    Les élèves sont au centre du projet, ils s'investissent et découvrent l'art sous une autre facette en cherchant à le mettre le plus possible en valeur.

    Le projet: Les élèves d'une classe créent un musée éphémère.

    Exposants: 1 classe, 2 classes, toute l'école, plus il y a de monde mieux c'est!

    Modalités:

    *choisir un lieu de préférence couvert (salle de motricité, salle des fêtes,...)

    *choisir une périodicité (1 fois par trimestre me semble bien)

    *choisir des œuvres réalisées par les élèves et des œuvres d'arts célèbres (ces dernière feront l'objet d'une présentation interactive par les "animateurs"(voir ci-dessous))

    *choisir une classe organisatrice (on pourra changer lors de la prochaine exposition)

    *Distribuer les rôles: des élèves seront:

    -conservateurs du musée (1 ou 2): ils dirigent l'ensemble du projet et s'assurent que tout fonctionne, ce sont des interfaces entre le maître ou les adultes et les différents groupes de travail.

    -collecteurs: ils seront chargés de récupérer les différentes œuvres à exposer dans les différentes classes participantes et de récupérer des informations brutes sur celles-ci (en interrogeant les élèves desdites classes). Ils feront ensuite des recherches pour approfondir certains points ou pour chercher quelques anecdotes. Ils pourront également se renseigner auprès des collègues sur leurs futures réalisations du trimestre (dans les grandes lignes: types de travail, quelles références artistiques et formats des œuvres qui seront réalisées). Ceci leur permettra de se lancer dans des travaux préparatoires

    -historiens: ils seront chargés de collecter les informations sur les œuvres d'art "historiques" choisies pour être mises en avant par la classe.

    -commissaires d'exposition: ils placent et assurent l'esthétique et la cohérence artistique de l'exposition, ils réalisent les cartels de présentation des œuvres (en lien avec les historiens et les collecteurs)

    -guides: ils assurent la visite de l'exposition et donnent des renseignements sur les œuvres et les techniques utilisées pour les œuvres réalisées par les élèves (à partir du travail des collecteurs)

    -animateurs: ils assurent devant certaines œuvres des animations en lien avec celles-ci (par exemple la scène historique est rejouée et théâtralisée avec le Serment du Jeu de Paume, on fait goûter une soupe devant un tableau montrant ce plat, on fait sentir des tournesols devant le tableau de Van Gogh, on fait participer les spectateurs pour qu'ils créent une œuvre collective éphémère à côté de la reproduction d'une œuvre de Recycling art (on dispose par exemple des bouchons dans des sacs et les visiteurs les accumulent librement dans un espace dédié),... On peut faire également une présentation courte d'un tableau comme en Histoire des arts: on présente la Joconde, 1er plan, second, plan, aspect historique, anecdote,....). Ils font ce travail en lien avec les recherches des historiens.

    -organisateurs:  ils créent (et vendent si volonté de récolter de l'argent pour projet d'école ou association caritative) des tickets d'entrée pour les parents, ils assurent la promotion et la communication autour de l'événement (réalisation d'affiche, articles sur le blog de l'école, prises de photo avant (making-off), pendant et après l'événement, interview des visiteurs,....)

     

    D'un point de vue pratique, il serait plus aisé que:

    *Collecteurs puis guides soient les mêmes élèves

    *Historiens puis animateurs soient les mêmes élèves

     

    Au préalable, visiter un musée ou une galerie d'art pour voir et comprendre les codes d'exposition serait intéressant.

     

    Ressources pédagogiques:

    Le musée de classe: cliquez ici:

    Télécharger « collection_musee_de_classe.pdf »

    ou ici:  Télécharger « Proposition-2-Un-musee-de-classe.pdf »

     

    Articles en lien:

    *Une des œuvres peut être un original prêté par un artiste local ou par un FRAC (interview réalisée par le groupe classe, travail en collaboration pour mettre en avant 4 ou 5 œuvres de l'artiste pas plus, pour permettre un travail en profondeur sur celles-ci et pour garder un équilibre qui doit être respecté entre travaux d'élèves, travail d'artiste local et œuvres d'art célèbres exposées) : cliquez ici

    *le musée nomade: cliquez ici

    *le Tournetoile: cliquez ici

     

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    2 commentaires
  • En classe, l'école des petits

    En classe, l'école des petits

     

    Ce tableau de 1889 est un "modèle" de l'instruction républicaine et de la méritocratie.

    Henri Jules Jean Geoffroy se verra par ailleurs confier en 1893 la commande par le ministère de l'éducation nationale de 5 tableaux, chacun devant « perpétuer le souvenir de la vie scolaire à cette époque ». Idéal donc pour étudier la vision officielle de l'école à cette époque avec nos élèves (ce sujet étant en lien avec le thème 1 des nouveaux programmes en Histoire pour les CM2).

     

     

    Une analyse très éclairante ici:

    https://www.histoire-image.org/etudes/modele-instruction-republicaine

     

    Extraits:

    "Au premier plan, se détache un élève debout, qui retourne s’asseoir. Il nous fait face, mais ne nous regarde pas, absorbé qu’il est dans sa lecture : l’espace clos où il évolue, tout entier consacré à l’étude, est celui de l’application et de la concentration, et la distraction n’y a pas sa place."

    "Peintre assez reconnu à l’époque, Geoffroy célèbre ici l’école de la République, ses progrès et les effets bénéfiques de l’instruction qu’elle dispense. Comme nombre de ses œuvres, cette toile vise un large public, entre autres ceux qui, nombreux en 1889, ne l’ont pas fréquentée. Le réalisme du trait permet une précision et une objectivité rendues nécessaires par cette fonction d’information. Montrant l’espace réservé, stable et rassurant de la classe, ainsi que des élèves bien traités, sages et épanouis, ce tableau s’adresse aux parents de France, dont tous les enfants doivent être dans une salle de classe telle que celle-ci. L’étude est préférable à la déscolarisation et au travail « salarié »."

     

    Les 5 tableaux commandés par le ministère de l'éducation nationale sous la troisième république sont les suivants :

     

    En classe, l'école des petits

    Une leçon de dessin à l’école primaire représente une innovation de l’école républicaine : l’enseignement artistique par l’apprentissage d’une activité manuelle. L’éveil à la création - ici, le dessin et la sculpture - se réalise dans une classe pourvue de matériels où règne sérieux, concentration, ordre, autour d’un maître attentif, passeur d’un savoir.

     

    En classe, l'école des petits

    Une classe primaire en Bretagne  s’intéresse à la scolarisation des jeunes filles et à la politique régionale scolaire, indissociable de la notion de patrie comme de sa vocation à réduire l’inégalité sociale. L’école s’adapte aux convenances locales, se plie aux traditions. Cette souplesse est perceptible dans les plis des robes, la coiffe bretonne ou le sabot en bois.

     

    En classe, l'école des petits

    Une classe franco-arabe à Tlemcen  souligne l’importance portée à l’instruction publique indigène par l’État colonial. Située dans une médersa algérienne où Geoffroy s’est rendu, le sujet transcrit l’enseignement hybride arabe français dans le respect des croyances et des traditions. Les enfants sont donc assis « à l’orientale », sur des tapis, vêtus des habits traditionnels devant un maître autochtone.

     

    En classe, l'école des petits

    L’École maternelle  représente le premier contact des très jeunes enfants avec la maison d'éducation, au moment de la journée où ils retournent dans le monde environnant. L’introduction de la propreté est abordée par le lavabo et le rituel du lavage des mains, à laquelle la lumière fait écho. Les enfants baignent dans le bien-être, entourés des maîtresses rigoureuses et attentionnées.

     

    En classe, l'école des petits

    École professionnelle à Dellys, travail du fer  témoigne de l’enseignement technique des jeunes hommes européens et algériens, mais aussi de leur devenir. La formation d’apprentis sert au besoin de main d’œuvre inhérent au développement de l'industrie.

     

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    4 commentaires
  • Carte Hda Max Zorn

    Up: ajout d'une carte Hda et de vidéos

    Carte Hda Max Zorn

     

    Toutes les œuvres d’art qui vont suivre sont réalisées uniquement avec du ruban adhésif d’emballage marron et un scalpel.

    Max Zorn est un artiste hollandais, adepte du street art dans les rues d'Amsterdam et d'ailleurs. 

    Il ne voulait pas utiliser classiquement les murs ou le sol pour y déposer son travail. Il choisit d’utiliser les lampes des rues comme des galeries urbaines.

    Il utilise ainsi des surfaces vitrées ou lumineuses pour y poser ses œuvres et ainsi les faire mieux ressortir.

     

    Carte Hda Max Zorn

     

    Je vous conseille de regarder les courtes vidéos ci-dessous très efficaces et bien rythmées.

     

    Autre petit avantage pour ceux qui font un abécédaire d'artistes: le Z de Zorn peut être précieux ;)

     

     

     

    Max Zorn

    Max Zorn

     

    Max Zorn

    Max Zorn

    Max Zorn

     

    Carte Hda Max Zorn

     

    Carte Hda Monet

    La carte interactive de 83 Mo  (format Word, avec diaporamas intégrés): cliquez ici

     

    La version PDF (très légère mais uniquement pour diffusion papier, sans le caractère interactif):  Télécharger « Max Zorn - Copie.pdf »

     

     

    Les 4 vidéos de la carte sont également disponibles ci-dessous:

     

     

     

     

     

     Merci à mon papa pour cette découverte ;)

     

     

    Carte de ressentis (qui complète chacune de mes cartes): ici

    L'annuaire de recensement: + de 2500 liens. 

     

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    18 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique